Looking for something?

Tag Archives:
Enfants

Mon enfant TDA

Aujourd’hui, je vous présente mon enfant TDA. Cet enfant qui m’inspire et me pousse à continuer. Cet enfant qui m’exaspère, mais qui m’aide à évoluer.

Mon enfant TDA, voici mon petit message pour toi.

Mon enfant TDA

Tout au fond de toi se cache une petite bête qu’on appelle TDA. Souvent tu seras jugé et peut-être même mis de côté. Simplement parce que tu ne fits pas dans le cadre dicté. Mais sache, mon petit TDA, que pour moi, tu n’es pas que ça…

J’aime ta sensibilité exacerbée. Cette empathie pour cette plante que tu as oublié d’arroser. Ces trop-pleins d’émotions qui te font chavirer. Et tes calins sans fin dont je ne peux plus me passer.

J’envie ta persévérance et ton entêtement. Ne jamais abandonner et encore continuer. Ce grand courage qui te pousse toujours à avancer. Et ce, même si tu tardes à tout terminer. Pour toi le temps n’est pas vraiment important. Ton but est d’y arriver, tout simplement.

J’admire ta façon de voir le monde qui t’entoure. Ton originalité et aussi ta créativité. Qui a raison, qui a tord. Ce n’est pas vraiment important. Car même si tes idées ne font pas l’unanimité, moi je t’accepterai toujours tel que tu es.

Tu es drôle et surtout trop attachant. Et c’est ça un TDA. Un peu de tout, beaucoup de trop et jamais assez souvent.

Je t’aime trop et je t’aime tout. Mon beau, mon grand, mon TDA.

Comment parler d’argent avec vos enfants

 

C’est connu, les Québécois ont une relation plus complexe avec l’argent que le reste des Canadiens. En effet, selon un sondage réalisé par Léger
pour le Journal-TVA; « un Québécois sur deux est stressé par sa situation financière. » Même son de cloche dans une autre étude de Léger pour Raymond Chabot cette fois; « Au Québec, près d’une personne sur quatre n’est pas du tout en mesure d’épargner. »

 

Faites-vous partie de ces statistiques? Quelle est votre relation à l’argent? Laissez-moi vous raconter la mienne.

 

L’argent et moi : je suis une autruche

 

Je suis une autruche, je n’avais pas besoin de faire un test pour le savoir, j’en suis une depuis toujours. Du moins, je l’étais, avant. Je n’ai jamais vraiment épargné dans ma vie. Je me suis surtout surendetté. Consciemment ou inconsciemment, je préférais ne pas parler d’argent. Je connaissais rarement le solde exact de mes comptes, pas plus que celui de mes cartes de crédit. Je payais des frais de toutes sortes inutilement parce que je ne m’occupais pas de mes affaires. Bref, je n’aime pas les chiffres, je n’ai jamais choisi non plus un travail en fonction du salaire. Mais vient un jour où l’on doit faire face à la réalité et s’interroger sur l’impact de notre rapport à l’argent sur notre liberté, notre vie et nos proches, que l’on soit autruche, cigale ou
séraphin
.

 

D’où vient notre rapport émotionnel et rationnel face à l’argent? Simple, de notre éducation et des croyances collectives. Notamment que les Québécois sont nés pour « un petit pain » et que les hommes ont longtemps mal vu le fait que leur femme puisse gagner plus qu’eux. Il n’y a pourtant rien de plus faux.


 

Reprendre le contrôle et éduquer mes filles

 

Dans mon cas, je sais que c’est un peu tout ça et ma personnalité qui m’ont causé des difficultés financières. Heureusement, il n’est jamais trop tard pour reprendre le contrôle de sa relation avec l’argent, de ses finances, mais surtout, il n’est jamais trop tôt! Après avoir fait un
cheminement personnel, j’ai voulu modifier la façon dont on enseignait à nos enfants, mon conjoint et moi, la valeur de l’argent et guider mes filles vers une relation équilibrée face à l’argent. Par contre, en toute honnêteté, je ne savais pas du tout comment m’y prendre.

 

Des outils précieux pour vous permettre d’engager la conversation

 

Parler d’argent avec ses enfants, ça semble simple, non?! Pourtant, je ne me sentais pas outillé pour le faire. Jusqu’à ce que je découvre l’initiative « Parlons argent avec nos enfants » de BMO Groupe financier en partenariat avec la Fondation canadienne d’éducation économique (FCEE). Ce programme vise à fournir des ressources et des outils pour engager des conversations pertinentes avec les enfants. Il est présenté en deux volets, soit pour les enseignants et pour les parents. Ce qui est génial, c’est que ces outils ont été conçus en fonction des différents groupes d’âge. Comme mes filles ont 5 et 11 ans, cela me permet d’adapter mes interventions pour chacune d’elle.

 

Toutes les ressources sont regroupées sur le site internet dédié « Parlons argent avec nos enfants » et disponibles en français.
Vous devez vous inscrire et ça prend littéralement 45 secondes. Vous pourrez ensuite choisir les activités selon le groupe d’âge et conserver une liste de vos favorites. Ce à quoi vous aurez accès :

 

  • Des bricolages, comme la création d’une tirelire
  • Des outils à télécharger et imprimer, comme un calendrier de tâches pour apprendre que certaines sont bénévoles et d’autres rémunérées (argent de poche)
  • Des mots croisés, des vidéos, des lectures
  • Des idées pour apprendre au quotidien
  • Mon coup de cœur : les occasions d’apprentissage à partir de films que les enfants connaissent; Charlie et la chocolaterie, Aladdin, SOS fantômes, par exemple.

 

La journée « Parlons argent avec nos enfants » de BMO Groupe financier aura lieu le 20 avril prochain. Cette journée dédiée existe depuis 2013 et a permis, entre autres, à plus de 400 000 jeunes en milieu scolaire d’apprendre à développer une relation saine face à l’argent et mieux gérer leurs propres économies.

 

Votre influence sur vos enfants

 

L’éducation économique est au cœur de la mission de BMO Groupe financier, c’est pourquoi vous trouverez également une multitude de ressources pour vous accompagner en tant qu’adulte dans votre vie de tous les jours, dans la préparation de votre retraite et concernant les achats au cours d’événements importants de votre vie. Ces ressources sont accessibles sur le site Votre vie et vos finances.

 

Après tout, l’éducation de nos enfants passe beaucoup par l’exemple. Si vous développez de bonnes habitudes financières et une
relation saine et équilibrée face à l’argent, vous contribuerez à améliorer la société québécoise en créant de petits adultes en devenir plus responsables et informés. Bien gérer son argent apporte une grande liberté d’esprit. Parlons-en à nos enfants, le 20 avril et toute l’année!

 

Quel est votre propre rapport à l’argent? Comment affecte-t-il votre discours auprès de vos enfants? Partagez votre expérience dans les commentaires!

 

 

Suivez l’initiative « Parlez d’argent avec vos enfants » de BMO Groupe financier sur les réseaux sociaux :

Twitter – @BMOfr / #TWOKAM

Instagram – @BMOCanada

Facebook – /BMOcommunaute

*Bien que ce témoignage soit commandité par « BMO Groupe financier », les opinions et le langage qu’il contient sont les miens. 

 

Petit coin vêtements de la semaine

Quand on se préparait le matin pour aller à la garderie
et au travail, je trouvais que je perdais du temps à sortir les vêtements des
enfants. 
Je suis tombée sur cette idée sur Pinterest.

L’idée: mettre tous les vêtements sélectionnés par les enfants dans des bacs pour chacun des jours de la semaine: gilet, pantalon et aussi les bas! Je sélectionne les vêtements en fonction des activités prévues à la garderie. Par exemple, la journée où mon garçon ira au gymnase, je vais m’assurer que ses vêtements sont moins chauds.

Pour l’instant, les vêtements des 2 enfants entrent dans le même meuble. Samedi et dimanche ne sont pas là car on n’est pas pressés les matins de fin de semaine.

Quand je plie mes paniers à linge le dimanche, je remplis à mesure mon petit meuble, donc je ne perds pas de temps à ranger les vêtements dans la garde-robe et à tout ressortir par la suite. J’aime vraiment ce système car j’ai gagné beaucoup de minutes.


Et vous, quel est votre système préféré avec votre famille?

 

Joanie Simard

4 en dessous de -1000

Tradition de Pâques: Jeannot Lapin

 Avez-vous des activités familiales de Pâques que vous répétez d’année en année avec vos enfants? Si non, il n’est jamais trop tard pour commencer. Vos enfants vous en remercieront un jour!

Chez nous, Jeannot Lapin existe pour vrai…Oui oui! Du moins, aux yeux de mes enfants…
Dans notre famille, les traditions et la magie sont des éléments importants dans la vie de nos enfants. Ils nous permettent de
vivre avec eux dans leur petit monde imaginaire, de rire ensemble et surtout, de créer des souvenirs inoubliables.

Chez nous, le lapin de Pâques est tout aussi attendu que le père Noel et les lutins. Depuis leur tout jeune âge, à chaque année, mes enfants reçoivent la visite de Jeannot Lapin le dimanche matin de Pâques. Évidemment, nous ne l’avons jamais vu car il est très doué à cache-cache mais il nous laisse toujours une lettre, nous dévoilant quelques indices afin de commencer notre chasse aux cocos. Nos enfants partent alors très excités à l’idée de trouver des cocos et les surprises qu’ils contiennent. Pendant ce temps, Jeannot Lapin en profite pour aller déposer le grand butin, LE chocolat de Pâques, dans la cuisine pour que les enfants le découvrent à leur retour. Certaines années, il nous laisse également quelques idées d’activités ou de bricolage à faire pour nous amuser durant le lundi de congé.

Ceci n’a rien de compliqué mis à part le fait de devoir préparer les cocos et occuper les enfants le matin, le temps de cacher les cocos dehors mais c’est fou le plaisir qu’ils ont à participer et les souvenirs qu’ils gardent précieusement dans leur tête.


Mes enfants grandissent. Évidemment, ma grande ne croit plus au lapin de Pâques depuis bien longtemps déjà mais par tradition et pour ses petits frères, elle ne manque jamais la fameuse chasse aux cocos…et entre vous et moi, je suis convaincue qu’elle est toujours aussi heureuse de découvrir un tas de surprises sucrées car même les grands raffolent du chocolat!

Le truc pour éviter que le p’tit reste pris l’autre bord de la porte

 

Il faut que je vous raconte notre aventure familiale de la semaine dernière. 

Samedi on recevait deux couples d’amis avec leurs enfants pour le souper. Les enfants jouaient vraiment bien ensemble. 

Ça courait partout, ça riait. Nous, les adultes, on prenait l’apéro. Ça
jasait, ça riait.

Lorsque tout était prêt pour passer à table on a appelé les enfants:

«LES AMIS, ON MANGE !»

Ils sont tous arrivés en courant (même si le règlement dit que on ne court pas dans la maison).

Tous. Sauf un.

Oups.

Parents:

– «Yé où Simon ?»

Enfants:

-« J’sais pas.»

Parents:

-«Ben là ! »

-«SIMON. SIMON. T’ES OÙ SIMON ? »

Pas-de-réponse.

Mères = sentiment de petite panique qui s’installe.

Pères = Côté rationnel très fort.

-«Ben voyons y peut pas être ben ben loin . »

Simon a 2 ans.

Mère paniquée no.1:

-«J’vais voir dans piscine. »

Père relaxe no.1:

– «Ben là franchement c’est l’hiver. »

Mère paniquée no.2, trop paniquée pour parler. Elle passe la maison au peigne fin.

Père relaxe no.2 continue de boire son verre de vin.

Bref, le p’tit était dans la salle de lavage. Il s’était caché et avait fermé la porte derrière lui. Avec ses p’tites mains il ne pouvait pas ouvrir la porte quoiqu’il n’essayait pas puisqu’il était caché 😉

Quand j’ai vu ce truc j’ai pensé à tous les p’tits bonhommes de 2 ans et à toutes les mamans paniquées 😉